Téléphone

06 87 12 35 72

Email

stephanie.dussaut@coaching-et-therapie.com

Se découvrir AHPIE ou se questionner sur cette hypothèse peut se vivre de bien des manières différentes. Comprendre son mode de fonctionnement et ses spécificités, affirmer sa singularité, vivre ses différences au sein d’une société normative, comprendre son environnement et s’y s’adapter, gérer les relations aux autres sont autant de défis dans lesquels je vous accompagne.
Je vous guide dans l’identification, l’accueil et l’intégration des spécificités qui vous différencient des normes établies. Je vous aide à vivre votre singularité et votre nature atypique comme un cadeau à apprécier, à préserver et à valoriser. Nous élaborons ensemble des stratégies d’adaptation pour vous aider à mieux vivre avec vous-même d’abord, et ensuite en société, au travail, au sein de votre famille, dans la relation aux autres en général.
Mon expérience personnelle et professionnelle me confère l’expertise et la finesse de perception nécessaires pour vous conduire à devenir la meilleure version de vous-même dans la joie, la confiance et l’enthousiasme.
C’est souvent quand son enfant est identifié EIP que le parent commence à se questionner par ce qu’il se reconnaît en lui et que les difficultés de son enfant font écho à son passé et à sa propre scolarité.
De nombreux livres traitent aujourd’hui du sujet et il est facile d’accéder à pléthore d’informations qui peuvent aussi interpeller un adulte dans son cheminement.
La prise de conscience peut survenir également lors de la consultation d’un psy, d’un médecin ou d’un thérapeute capable d’identifier ce profil. En effet, nombre d’adultes qui s’ignorent encore Haut Potentiel Intellectuel peuvent être amenés à consulter à cause d’une dépression, un burn-out, des troubles anxieux, des TOCS, des troubles de l’humeur, du comportement, etc.

AHPIE ? Hypersensible ?
En premier lieu, il convient de bien saisir la différence entre Haut Potentiel Intellectuel et Hypersensibilité. En procédant à une anamnèse complète et approfondie de votre histoire de vie, de votre parcours scolaire et professionnel, je vous aide à comprendre votre profil et à décider de la pertinence ou non de passer le test de QI.
Les chiffres officiels estiment que 2 à 3% de la population présenteraient un QI Total ≥ 130, c’est-à-dire un haut potentiel intellectuel.
Le nombre d’Hypersensibles tournerait autour de 20% de la population.
On peut être Hypersensible sans avoir de capacités intellectuelles supérieures à la moyenne, ou Haut Potentiel sans avoir une sensibilité hors normes. Un individu peut également combiner les deux et c’est souvent ce profil qui rencontre le plus de difficultés. On estime cette occurrence à une personne haut potentiel sur cinq.
Il y des confusions fréquentes entre les deux profils et l’hypersensibilité est trop souvent considérée comme un trait caractéristique du haut potentiel intellectuel.

Test de Qi ou pas ? Quand ? Comment ?
Se pose donc la question de passer ou non un test de QI pour en avoir le cœur net.
Dans tous les cas il est important d’être bien accompagné dans la prise de décision, le passage du test le cas échéant, et l’accueil du résultat.
C’est là que j’interviens pour vous éclairer, vous guider, vous accompagner.

Le Test de QI dessine une sorte de cartographie personnelle et chiffrée du fonctionnement intellectuel, mais pas de la globalité du fonctionnement cognitif. D’autres capacités plus qualitatives comme la personnalité, la motivation, la gestion des émotions, l’adaptation sociale ou encore l’endurance ne sont pas prises en compte et caractérisent pourtant l’intelligence.
Le WAIS s’adresse aux jeunes et aux adultes, de 16 ans à 79 ans et 11 mois.
Seuls certains psychologues ou neuropsychologues sont habilités à faire passer ces tests et le seul valable à ce jour est le WISC V.
Le WISC est révisé tous les 10 ans pour compenser l’effet Flynn (l’accroissement des scores aux tests calculant un quotient intellectuel constaté à la suite de l’observation comparée de populations données, sur plusieurs générations). Dans cette logique, un test dans une ancienne édition, passé à la période correspondante reste toujours valable et il n’y a pas à le repasser. Mais la 5ème édition du WISC a procédé à un remaniement novateur et il peut être intéressant de le passer même si l’on a passé un WISC III ou IV. Il explore maintenant 5 indices :

  • Compréhension Verbale
  • Visuo-Spatial
  • Raisonnement Fluide
  • Mémoire de Travail
  • Vitesse de Traitement

Auxquels peuvent s’ajouter, si le psychologue l’estime utile, 5 indices complémentaires dont 3 nouveaux :

  • Raisonnement Quantitatif
  • Mémoire de Travail Auditive
  • Non-Verbal
  • Aptitude Générale
  • Compétence Cognitive.

Le psychologue peut n’en choisir aucun s’il estime que les 5 indices principaux ont été suffisamment éclairant, comme il peut choisir de délaisser le QI Total obtenu au bénéfice d’un seul indice complémentaire.
Cette nouvelle démarche est à saluer car elle permet enfin une interprétation et une observation clinique et retire sa toute-puissance au chiffre unique du QI Total.
Il est d’ailleurs fréquent que le QI Total ne soit pas interprétable car les profils sont hétérogènes (à partir d’un écart de 15 points entre deux indices principaux).